• Texte :La consultation publique et la démocratie locale.

    A priori il est impétueux de préciser que nous avions appréhension plutôt favorable à la démocratie directe. Parce que nous trouvons dans une démocratie directe l’administration travaille de façon plus concise et claire sans beaucoup de tergiversation comme dans la démocratie représentative où chaque projet de loi , décision ou réglement doit faire l’objet d’un débat avec d’autres composantes ,ce qui selon nous ralenti l’agenda politique du parti au pouvoir. Le peuple lui-même choisi ses champs d’actions et ses choix politiques le confie à quelqu’un ou à un parti politique qui est élu démocratiquement .La personne élue doit avoir la latitude d’exercée son pouvoir dans la limite de ses prérogatives constitutionnelles et régaliennes afin de réaliser les projets pour lesquels il a reçu le mandant du peuple.

    Toutefois aussi conscient de la crainte d’une dérive autocratique voir tyrannique que cela pourrait susciter chez les  partis politiques  la société civile et une franche de la population qui a voté contre, et cette crainte serait sans doute tout à fait  légitime vu notre ère et le contexte socio-politique dans lequel nous evoluons. Néanmoins il y a des avantages à la démocratie directe et on a pu observer des grandes réalisations orchestrer sous impulsion de la démocratie directe aux États-Unis, en Suisse même en France pendant la révolution. Toutefois elle peut renfermer des insuffisances et poser des problèmes de gouvernance surtout au niveau de la transparence.

     Le texte : La consultation publique et la démocratie locale.

  • Dans le texte on aborde les bienfaits que pour pourrait avoir une démocratie directe, dans un système parlementaire, quel mécanisme? La démocratie parlementaire peut adopter afin d’inciter les gens à prendre part aux enjeux et créer une dynamique de démocratie participative. On constate qu’il existe déjà des plateformes de consultations publiques mise en place pour faciliter les échanges, mais ils se trouvent que celles-ci n’ont pas de cadre institutionnel bien défini sinon insuffissante ou du moins pas encore efficient. Plusieurs organismes proposent des balises qui permettront aux citoyens d’intervenir plus activement, par la vulgarisation des informations et des enjeux qui touchent leurs communautés (modification de zonage, aménagement, etc…)
  • Après avoir lu texte
  • Force est d’admettre qu’avec les enjeux multiples que font notre vie politique tant locale et provinciale, et pour une bonne cohésion sociale, il faut une représentativité qui touche: Les professionnelles telle que les urbanistes, les aménagistes, la société civile ainsi que madame et monsieur tout le monde, afin de mieux cerner les besoins de la communauté et apporter et proposer les solutions adéquates.Ce texte nous aménent sur une autre piste de reflexion où nous pensons que la démocratie directe peut mieux être encadrer et améliorer dans une démocratie représentative  pour avoir un meilleur deux monde où la délégation de pouvoir se fera par une population avertie et information sur les differents aspect des enjeux qui l’entourent afin de consolider la démocratie participative.

Avant de lire l’article paru dans le journal Le Devoir, Le remède à la déliquescence de la démocratie municipale, par Jonathan Durand Folco, nous avions une vision plutôt péjorative et réductrice de la démocratie directe.

Avantages démocratie directe
• pas d’intermédiaire
• plus personnel

Avantages démocratie représentative
• meilleure connaissance des enjeux
• moins de corruption
• rapport de confiance doit être établi

Inconvénients démocratie directe
• Manque d’informations
• Plus d’influence extérieure
• Division du vote

Inconvénients démocratie représentative
• Pas d’intermédiaire, doit suivre la ligne de parti
• Appui mitigé
• Peut amener à un désintérêt de la chose

Le texte de Jonathan Durand Folco évoque la vision du philosophe et militant écologiste américain Murray Bookchin (1921-2006).
La lutte actuelle contre le cynisme ne semble pas stimuler les citoyens à participer activement aux enjeux politiques mais plutôt à prôner une gestion municipale transparente, tel une entreprise efficace et efficiente. Bookchin propose un projet politique qu’on appelle le municipalisme libertaire. Ce théoricien de l’écologie sociale évoque la crise écologique que nous apprêtons à vivre comme une forme de hiérarchie et d’oppression sur la nature et que cette domination trouverait ses racines dans les rapports de domination entre les humains. L’État actuel et le système capitaliste maintiennent les citoyens au statut d’électeurs et les infantilisent selon lui.

Bookchin croit qu’il est grand temps de revenir au concept initial de démocratie: la polis d’Athènes, où la démocratie directe était la base et le territoire; la cité. L’unité nucléaire de la politique doit être le citoyen plutôt que le fonctionnaire. Ainsi, le citoyen doit faire preuve d’engagement civique et sa tribune première consiste en son assemblée de quartier. La démocratie doit être radicalisée pour faire jouer au citoyen un role de participant et de résistant plutôt que d’être simplement un figurant dans l’arène politique.

http://www.ledevoir.com/societe/le-devoir-de-philo/397012/le-remede-a-la-deliquescence-de-la-democratie-municipale

Cet article, fort bien choisi, nous a permis de remettre en perspective notre penchant envers la démocratie représentative, réhumanise la politique et nous pousse à prendre ce devoir de philo comme un incitatif à faire nos devoirs de politique!